3 novembre 2013 8:17 | Publié par

Le football américain vous paraît obscur et trop compliqué ? Alors cet article est fait pour vous ! En quelques lignes vous allez découvrir les bases nécessaires pour mieux comprendre ce sport fantastique.

Principe du jeu :

Le football américain est un jeu de « gagne-terrain ». Il appartient à l’équipe qui possède la balle (on dit alors qu’elle joue en attaque) de la faire progresser sur le terrain jusqu’au moment ou elle pourra inscrire des points, soit par un « touchdown », soit par un « field-goal ».
L’équipe adverse, qui joue donc en défense, doit tout faire pour empêcher cette progression ou mieux, reprendre la balle à l’adversaire.
Le football américain se caractérise également par le fait que les joueurs (en attaque) qui ne portent pas la balle peuvent protéger et favoriser la progression de leur coéquipier porteur du ballon en effectuant des blocs sur les défenseurs adverses. Contrairement à une idée reçue qui dit que « tout le monde peut plaquer tout le monde », ces blocs sont très réglementés et toute faute peut provoquer l’annulation du jeu et/ou une pénalité sous forme de perte de terrain pour l’équipe en possession de la balle.
Autre aspect important du football américain, l’extrême spécialisation de chaque joueur à son poste.
Le nombre de changements étant illimité, on trouve donc des joueurs qui entrent ou sortent du terrain en fonction du jeu à effectuer sur la tentative suivante.

Les joueurs :

Chaque équipe déploie 11 joueurs sur le terrain. Ceux-ci peuvent être classé en trois catégories : les joueurs d’attaque, qui forment l’escouade offensive chargée de faire progresser le ballon en sa possession, les joueurs de défense, qui forment l’escouade défensive chargée de stopper la progression adverse, les joueurs des équipes spéciales, qui entrent sur le terrain dans le cadre de jeux spéciaux (« kick-off » ou retour de « kick-off », « punt » ou retour de « punt », « field-goal »).
Chaque joueur étant spécialisé sur son poste, une équipe de football américain compte ainsi au total une cinquantaine de joueurs.

Le terrain :

L’unité de mesure du football américain est le « yard », soit 0,915m (donc 10 yards = 9,15m).

Un terrain de football américain mesure 120 yards de long en tout (un champ de jeu de 100 yards + 2 zones d’en-but de 10 yards chacune) sur 53,3 yards de large.

Le champ de jeu est découpé par une ligne blanche tous les 5 yards, ainsi que par les « hash-marks », qui marquent tous les yards dans le sens de la longueur et délimitent latéralement une zone centrale et deux zones extérieures.

American_Football_field_(NFL)

Le temps de jeu :

Un match de football américain se déroule en quatre quart-temps de quinze minutes, soit une heure de jeu effectif en tout (plus 20 minutes de repos à la mi-temps).

Chaque mi-temps débute par un « kick-off » (coup de pied d’engagement) donné par l’une ou l’autre équipe (équipe A au 1er quart-temps, équipe B au 3ème quart-temps). Entre le 1er et le 2ème et entre le 3ème et le 4ème quart-temps, le jeu se poursuit normalement après que les deux équipes aient changé de côté de terrain.

Le temps de jeu étant effectif, certains événements peuvent interrompre le chronomètre : une passe incomplète, un joueur qui sort en touche avec la balle, un temps mort pris par l’une des équipes (qui en dispose de trois par mi-temps) ou par le corps arbitral.

Le temps a donc une dimension tactique très importante dans le football américain. En fonction de sa situation au tableau d’affichage, chaque équipe pourra être amenée à jouer très rapidement pour gagner un maximum de terrain en un minimum de temps s’il faut rattraper un retard au score ou, au contraire, utiliser des tactiques de jeu chronophages (jeux de courses sans sortir du terrain) pour épuiser le temps et empêcher l’adversaire de revenir au score (on dit alors qu’elle « met la balle au frigo »).
Avec toutes ces interruptions possibles, un match de football américain s’étale en fait sur environ 3 heures au total.

Les points :

Il existe trois manières d’inscrire des points au football américain : le « touchdown », le « field-goal » et le « safety ».

Le « touchdown » consiste à faire entrer la balle ou à l’attraper (en cas de passe) dans la zone d’en-but adverse. Contrairement au rugby, nul besoin d’aplatir la balle au sol, il suffit qu’elle franchisse la ligne d’en-but sous le contrôle de son porteur. Un « touchdown » rapporte 6 points mais il donne droit à une transformation qui peut-être tentée soit au pied (« extra-point ») pour 1 point supplémentaire, soit à la main (par une passe ou une course) pour une valeur de 2 points.
Le « field-goal » (ou coup de pied au but) est effectué lorsque l’équipe en attaque a vu sa progression stoppée à sa 3ème tentative mais qu’elle est néanmoins à une distance correcte pour tenter de taper la balle au pied pour la faire passer entre les poteaux adverses. Si le « field-goal » est réussi, il offre 3 points à l’équipe qui marque. S’il est raté, l’équipe adverse récupère la balle au point de mise en jeu de la 4ème tentative.
Le « safety » est le péché mignon de tout défenseur car il consiste à plaquer un attaquant en possession de la balle dans sa propre « end-zone ». Un « safety » rapporte 2 points et oblige l’équipe qui l’a subi a donner ensuite un nouveau coup de pied d’engagement (rendant ainsi la balle à l’adversaire).

Les « downs » :

A l’instar du rugby à XIII (son plus proche cousin), le football américain utilise le système des « downs » (tentatives). L’équipe en possession de la balle dispose de quatre « downs » pour progresser au minimum de 10 yards. Si elle parvient à franchir cette distance (ou plus), le contrat est renouvelé et elle obtient une nouvelle série de quatre tentatives.  Si elle échoue, la balle est rendue à l’équipe adverse.

Quand une équipe ne parvient pas à franchir les 10 yards fatidiques après ses trois premières tentatives, elle a trois options : soit rendre la balle à l’adversaire en effectuant un coup de pied de dégagement (« punt ») le plus long possible pour repousser l’adversaire dans son propre camp, soit, si elle est assez près, tenter un « field-goal », soit tenter le tout pour le tout et utiliser cette 4ème tentative pour franchir les yards manquants.

La mesure de la progression étant très importante, il arrive parfois que les arbitres demandent à vérifier la distance parcourue en utilisant une chaîne, mesurant précisément 10 yards, qui est placée, sur la ligne de touche, au point de départ de chaque nouveau contrat.
Pour désigner la progression de la balle, on utilise toujours la même terminologie : le premier chiffre (1, 2, 3 ou 4) indique la tentative en cours, le second chiffre (ou nombre) la distance qui reste à parcourir.
Exemples : « 1st & 10″ signifie que l’équipe en attaque joue sa première tentative et a 10 yards à parcourir ; « 2nd & 7″ indique qu’il lui reste 7 yards à franchir lors de sa deuxième tentative, etc.
Seule variante, lorsque la balle est mise en jeu dans les 10 derniers yards avant la ligne d’en-but, le second chiffre est remplacé par le mot « goal », quelle que soit la distance réelle à parcourir. Ainsi « 3rd & goal » signifie que l’attaque joue sa troisième tentative pour franchir la ligne d’en-but.

Les phases de jeu :

Au début de chaque « down », le ballon est placé sur la ligne de « scrimmage » (ligne de mêlée), en fonction de la position sur laquelle il a été arrêté au terme de l’action précédente. Les joueurs d’attaque et de défense prennent position de part et d’autre de cette ligne et doivent attendre le « snap », lorsque le Centre (joueur central de la ligne offensive) passe le ballon entre ses jambes au Quarterback. Une fois le jeu lancé et en fonction de ce qui a été décidé lors du « huddle », le Quarterback a deux options : soit il transmet la balle à un « Running Back » (coureur) qui va tenter de percer la défense adverse avec l’aide de ses coéquipiers qui effectuent des blocs pour lui ouvrir la voie, soit il tente une passe en avant vers un receveur démarqué.

En fonction de la situation tactique, du score, des forces et faiblesses de l’équipe et de l’adversaire, de la météo, une équipe adapte son jeu et puise dans son « playbook », cahier de jeux qui compile toutes les tactiques et combinaisons répétées inlassablement lors des entraînements.

Vous voulez un résumé de tout ça en images ? C’est par là 😉

http://www.youtube.com/watch?v=rEDtVrglqrY#t=59

Tags : , , , , ,

Classés dans :

Cet article a été écrit par Coach Chris

Les commentaires sont fermés.